Lugdunum

La Marque


Mes premiers dessins de vêtements datent de mon enfance, quand je créais des maillots de football alternatifs pour mes équipes préférées, en particulier l’Olympique Lyonnais, à l’époque à son âge d’or. Ensuite, à 11 ans au collège après m’être procuré Photoshop, j’ai commencé à créer des vêtements pour mes amis et moi. 


Il s’agissait de sweat-shirts imprimés via des plateformes de personnalisation avec des graphiques inspirés par le milieu du hip-hop. Ma passion pour le rap et le milieu du hip-hop est née aux alentours de 2010. Alors que des amis à moi commençaient à raper, j’ai de mon côté préféré m’intéresser au graphisme lié au rap. Je m’inspirais donc du merch de mes groupes préférés ou des marques streetwear populaires à l’époque pour me créer mes propres pulls. 


Même s’il ne s’agissait alors que d’imprimés sur des sweat-shirts basiques, mon envie de créer était liée à mon envie d’avoir des pièces uniques répondant à mes exigences. 


Cette démarche est toujours la même aujourd’hui. En 2015, alors que je suis en classe de terminale littéraire, mon envie d’avoir un projet en rapport avec la mode devient de plus en plus clair. 



Coulisses shooting Lugdunum

Très attaché à ma ville, que j’ai toujours trouvé sous représentée, internationalement mais aussi nationalement, le nom Lugdunum m’est un jour apparu comme une évidence. Déçu par la qualité de mes premiers crewnecks imprimés, j’ai tout de suite su que je ne me contenterais pas de la qualité qu’offraient les marques (Gildan, B&C, Fruit of the Loom…) et qu’il faudrait que je choisisse mes propres tissus pour m’assurer un grammage suffisant et une coupe optimale pour les pièces que j’avais en tête. 


Aussi, passionné d’étiquettes tissées, je voulais qu’elles soient une partie intégrante du vêtement et pas un détail ajouté en dernière minute. 


J’ai donc premièrement travaillé avec un fabricant pakistanais trouvé sur internet, un des seuls ayant répondu à mes mails et acceptant de travailler avec des minima aussi faibles que les miens. J’ai donc lancé en décembre 2015 mon premier hoodie, en 4 coloris (kaki, bordeaux, noir et gris). Il s’agissait d’un détournement du logo d'une grande marque américaine, en reprenant la silhouette des bâtiments emblématiques de la ville de Lyon. Les bénéfices m’ont permis de déposer la marque auprès de l’INPI, début 2016 et de lancer les prototypes de ma pièce suivante. 



Veste Velours Bordeaux


Très encouragé par le succès auprès de mes amis, j’ai enchainé sur un projet bien plus ambitieux, peut être un peu trop, mais dont je suis toujours fier 4 ans plus tard. Grand amateur de velours côtelé, j’ai décidé de créer un anorak à capuche inspiré par ceux des marques très populaires à l’époque.

Conscient qu’il faudrait probablement plusieurs prototypes avant d’arriver au résultat souhaité, j’ai donc envoyé un croquis au fabricant qui a ensuite créé un premier prototype, en avril 2016. Après avoir effectué toutes les modifications nécessaires à ce prototype qui ne correspondait pas vraiment à mes attentes, je me suis inscrit dans une agence d’intérim en juin de la même année pour financer moi même la production de ma série de vestes. 

J’ai donc commencé la manutention en bâtiment, et après 2 mois de travail acharné j’ai lancé la production des vestes: 3 coloris, en 20 exemplaires chacuns.


Boutons de la veste Docteur Jacquard


Le délai de production de mon fournisseur Pakistanais était bien trop long et j’ai reçu les vestes avec 8 semaines de retard. J’ai organisé un shooting avec mes moyens, utilisant des amis photographes et d’autres comme modèles. Ensuite, j’ai publié mes photos sur des groupes Facebook spécialisés en streetwear où j’ai eu une centaine de retours très encourageants, à la suite desquels j’ai procédé à la mise en vente, fin 2016. Les ventes, bien supérieures à ce que j’espérais, m’ont convaincues qu’il y avait un créneau à prendre à Lyon.


J’ai donc commencé en 2017 une école de mode en Belgique, très axée technique, qui me prenait la majorité de mon temps et de mon énergie. Parallèlement, j'essayais de continuer à pousser le projet, malgré le financement qui se résumait à l’intérim dans le bâtiment en été et les ventes de mon site. 


C’est à cette période que j’ai décidé de me mettre à la recherche d’un autre atelier de confection, de préférence en France ou en Europe, car l’idée d’une fabrication délocalisée me déplaisait fortement, d’abord pour les délais, les risques et frais liés au transport, mais surtout pour une question d'éthique. 


Après avoir une contacté cinquantaine d’atelier, ne m’ayant soit pas répondu soit négativement, j’ai décidé de chercher un atelier à l’étranger acceptant mes minimas, avec une haute qualité et sans intermédiaire. 



Tshirt Col Jacquard


J’ai donc trouvé un fabricant à Shenzhen, en Chine, avec qui j’ai produit ma Sacoche Cuir, le Tshirt Col Jacquard ainsi que ma veste Docteur Jacquard. C’est avec ce fabricant que j’ai commencé à vouloir sourcer moi même les différents éléments des pièces afin de m’assurer que la qualité serait à la hauteur de mes exigences.


Mon plus gros défi avec ce fabricant aura été la Veste Docteur Jacquard. En effet, j’ai développé un tissus jacquard 3 couleurs, en 2 coloris, plusieurs étiquettes tissées très détaillées, mais aussi des boutons métalliques en relief personnalisés. 


Cependant, malgré une excellente qualité, les délais étaient inacceptables et je savais que je ne pourrais pas travailler avec ce fabricant à long terme. 


Déçu de n’avoir pu sortir que 3 pièces en 2 ans et de ne pouvoir consacrer que si peu de temps, d’argent et d’énergie à mon projet, j’ai décidé d’arrêter mon école en 2019 pour travailler en intérim à plein temps et porter mon projet au maximum.


Le Tricot Gerland sur Roulious


J’ai pu depuis m'investir beaucoup plus, toujours en autofinancement et seul sur mon projet. J’ai depuis participé à plusieurs événements en rapport avec le streetwear et la culture urbaine qui m'ont permis d’accroitre l’audience et d’échanger autour de mon projet avec un maximum de personnes issues de différents horizons.


J’ai également été contacté en novembre 2019 par la boutique Focus, à Lyon, qui voulait lancer un lieu de vente et de mise en avant de créateurs indépendants. Ce fût une grande fierté pour moi de voir mes vêtements exposés en boutique et cela m’a aussi permis d’augmenter mes ventes. 



La boutique Focus à Lyon


J’ai donc décidé que je ferais désormais coûte que coûte confectionner la majorité de mes créations en Europe et c’est ainsi que j’ai trouvé un atelier de confection familial en Bulgarie. 


J’ai donc procédé aux développement de prototypes puis d'une série de 3 modèles de tshirt. 

La qualité était enfin réellement à la hauteur de mes espérances. J’ai financé un shooting en studio et en rue avec une photographe Lyonnaise, Sandra Gomes, dont j’apprécie beaucoup le travail et l’état d’esprit. Ce shooting m’a beaucoup aidé à améliorer la qualité du contenu digital et mettre en avant la qualité de mes produits.


J’ai donc sorti une capsule de 5 pièces en Juin 2020 et les ventes et retours m’ont convaincus que mes efforts n’étaient pas vains. 



Vêtements Lugdunum Sport
Votre panier est vide.
Découvrir la boutique